Bien se préparer…

Les examens approchent …Comment les préparer au mieux ?

L’idéal est de préparer un planning avec l’horaire des examens…les temps d’étude, de révision, de préparation.

On peut déjà réserver quelques tranches horaires aux révisions…Evitez les activités chronophages comme Facebook , etc… N’hésitez pas à demander des précisions à vos professeurs si quelques détails vous ont échappés ou à  demander des exercices complémentaires.

La création d’une carte mentale (Mind map) …et oui un thème, des couleurs, des idées clés, des pictogrammes …

Relisez vos cours..échanger avec vos copains de classe, entraider vous…

Ensuite, il faut apprendre à gérer vos émotions comme l’anxiété, la nervosité…la respiration ventrale, la méditation sont des outils très appropriés.

La concentration se travaille dormant un nombre d’heures suffisant, en s’alimentant de façon saine et équilibrée et en pratiquant une activité extérieure.

Connaissez vous le brain gym et les mouvements croisés ?  C’est super efficace ..Un grand verre d’eau pour l’énergie et les bons mouvements.

Et la motivation me direz vous ?..par exemple se dire que c’est quand même chouette de passer les congés de fin d’année en se relaxant, en s’amusant ..Et puis ce qui est réussit maintenant ne devra plus l’être dans l’année…

Fixez vous des objectifs atteignables, réalisables….

Et si vous avez besoin de conseils, de soutien, d’accompagnement, je suis là..A deux on est plus fort…

 


Bientôt les examens …

Noël approche à grands pas et déjà une odeur de sapin et de cougnols se profilent dans nos esprits mais avant la fête, les cadeaux et le Père Noël, vos enfants ont une étape à franchir …les examens .

Peu de temps entre le congé de le Toussaint et le congé de fin d’année pour les préparer si ils sont anxieux, mal organisés ou si leur motivation est absente.

C’est aussi le bon moment pour réagir et prendre les bonnes décisions car reporter le problème n’est pas la bonne solution.

Il suffit parfois de peu pour que la confiance revienne .  Une aide extérieure avec un autre regard et d’autres méthodes peut s’avérer judicieux et dans l’intérêt de l’enfant.

Je peux les aider à prendre une autre route plus adaptée à leurs besoins, à leurs difficultés.

Vous voulez vous renseigner ?  Faire ma connaissance ? Echanger, partager avec moi et d’autres parents ?  Alors , venez nombreux à ma séance d’info .

QUAND ?  le 23 novembre 2017 à 19 heures

OU ? Centre Touch Therapy 17, Avenue de la Paix 6032 Mont sur Marchienne

RESERVATION : 10 € par famille

Réservations souhaitées : 0477/ 77 43 36 Marie-Pierre Peeters (responsable du centre)


séances d’info !!!

COACHING SCOLAIRE ou comment les aider à déployer leurs ailes

Comme annoncé …une rencontre entre vous parents et moi coach….Je vous attends nombreux

Venez découvrir ce métier qui est aussi une passion ….

Une profession souvent confondue avec des cours particuliers et qui n’est particulière que dans ses méthodes et ses outils pour aider vos enfants à atteindre leurs objectifs.

Nous évoquerons ensemble les difficultés rencontrées par les élèves ou étudiants comme leur manque de confiance en eux, la façon dont ils gèrent leur temps, la nécessité souvent d’adopter d’autres méthodes de travail, comment travailler la concentration et la mémorisation.

Nous parlerons en quelques mots des intelligences multiples, des outils dont disposent un coach .

Un échange de questions-réponses finalisera notre rencontre.

Le jeudi 23 novembre à 19h
Centre Touch Therapy 17, Avenue de la Paix 6032 Mont sur Marchienne
Participation aux frais : 10€ par famille
Réservations souhaitées : 0477/ 77 43 36 Marie-Pierre Peeters


ma première séance d’infos !!!!

COACHING SCOLAIRE ou comment les aider à déployer leurs ailes

Comme annoncé …une rencontre entre vous parents et moi coach….Je vous attends nombreux

Venez découvrir ce métier qui est aussi une passion ….

Une profession souvent confondue avec des cours particuliers et qui n’est particulière que dans ses méthodes et ses outils pour aider vos enfants à atteindre leurs objectifs.

Nous évoquerons ensemble les difficultés rencontrées par les élèves ou étudiants comme leur manque de confiance en eux, la façon dont ils gèrent leur temps, la nécessité souvent d’adopter d’autres méthodes de travail, comment travailler la concentration et la mémorisation.

Nous parlerons en quelques mots des intelligences multiples, des outils dont disposent un coach .

Un échange de questions-réponses finalisera notre rencontre.

Le jeudi 23 novembre à 19h
Centre Touch Therapy 17, Avenue de la Paix 6032 Mont sur Marchienne
Participation aux frais : 10€ par famille
Réservations souhaitées : 0477/ 77 43 36 Marie-Pierre Peeters


S’ennuyer pendant les vacances…..

Halte à la suractivité : Pourquoi il faut laisser les enfants s’ennuyer pendant les vacances

 

un enfant qui regarde la pluie tomber

un enfant qui regarde la pluie tomber — PublicDomainPictures/Pixabay

  • Certains parents ont tendance à surcharger les emplois du temps de leurs enfants pendant les vacances, de peur qu’ils s’ennuient.
  • Au détriment de moments d’oisiveté qui sont pourtant essentiels à leur bon développement.
  • Car en apprenant à gérer l’ennui, les enfants développent créativité, autonomie et estime de soi.

10h : séance de devoirs de vacances ; 12h30 : déjeuner ; 14h : visite du château de Chambord ; 18h : cours de tennis… Pendant les vacances de la Toussaint, certains parents ont prévu pléthore d’activités pour leurs enfants, histoire de bien en profiter. Quitte à en organiser beaucoup trop et à ne pas les laisser souffler…

« Ce ne sont plus vraiment des vacances »

« Les parents ont peur que les enfants perdent le rythme qu’ils ont le reste de l’année et planifient beaucoup de sorties et d’activités. Mais si on remplit l’emploi du temps des enfants à fond pendant les vacances, ce ne sont plus vraiment des vacances. On ne les laisse pas ralentir et savourer le temps », observe Isabelle Pailleau, psychologue et coauteur de Vive les Zatypiques !.

Etty Buzyn**, psychologue et psychothérapeute spécialiste de la petite enfance abonde dans son sens : « dans une société qui valorise l’énergie et la suractivité, on a tendance à reproduire pendant les vacances ce que les enfants vivent le reste de l’année. Du coup, ils ont perdu l’habitude de s’ennuyer. Ils n’inventent plus de jeux et sont moins curieux », constate-t-elle.

Et leursurconsommation d’écrans en tout genre n’arrange pas les choses, comme le souligne Anne Lefebvre, psychologue et présidente de l’association Alerte : « ils sont en recherche de plaisirs immédiats et lorsqu’ils arrêtent, ils sont comme vidés, n’ont plus envie de rien faire et sont repliés sur eux-mêmes », observe-t-elle.

L’occasion de se créer un monde imaginaire

Et pourtant, selon les psychologues, il est nécessaire de laisser les enfants s’ennuyer en vacances. Car le désœuvrement a plus de vertus que l’on ne croit, explique Isabelle Pailleau : « des connexions neuronales se construisent lorsqu’on ne fait rien et qu’on laisse son esprit en jachère. C’est indispensable pour stimuler son imaginaire ». « Le mode neuronal par défaut s’active lorsque l’on ne reçoit pas de stimulations individuelles. Cela permet à l’enfant de se concentrer sur sa propre construction, de développer son introspection et son empathie », ajoute Anne Lefebvre.

Pour Etty Buzyn, les moments d’oisiveté permettent aussi à l’enfant de développer son autonomie : « Les parents ne peuvent pas être en permanence des animateurs de centres de loisirs pour leurs enfants. Il faut que ces derniers apprennent à déterminer seuls ce qu’ils ont envie de faire et comprennent par la même occasion, qu’ils peuvent se passer de béquille électronique », insiste Isabelle Pailleau.

Le désœuvrement favorise aussi l’inventivité, comme l’observe Etty Buzyn : « Grâce à ces moments d’ennui, l’enfant va décider lui-même ce qui l’intéresse et va développer ses capacités créatives. Il va s’inventer des histoires ou des jeux, se mettre à lire. Et même peut-être découvrir de nouvelles passions éphémères ou pas », poursuit-elle.

L’ennui renforce l’estime de soi

Reste que tous les enfants ne sont pas égaux face à leur capacité à transformer l’ennui positivement. « Ceux qui ont perdu l’habitude de ce dialogue avec eux-mêmes peuvent craindre ces moments de désœuvrement », signale Anne Lefebvre. D’où la nécessité parfois pour les parents de les aider à réenclencher leur capacité à s’occuper par eux-mêmes : « ils peuvent les guider dans un premier temps en mettant à leur disposition du matériel créatif, des jeux, des livres, des feuilles… Et une fois que l’enfant aura créé son espace imaginaire, il n’aura plus besoin d’eux », assure-t-elle.

Pour que les enfants apprécient à nouveau le plaisir de ne rien faire, il faut aussi que les adultes portent un regard bienveillant sur leur oisiveté, insiste Isabelle Pailleau : « Si un petit regarde la pluie tomber pendant une demi-heure, il faut le laisser faire, sans lui mettre de pression pour qu’il change d’activité », indique-t-elle.

Et en parvenant à transformer l’ennui, l’enfant y trouve une satisfaction personnelle, assure Etty Buzyn : « il découvre un espace de liberté qui n’est pas contrôlé par les parents, il apprivoise lasolitude. Ce qui renforce sa confiance en lui », poursuit-elle. Un avis partagé par Isabelle Pailleau : « en s’ennuyant, l’enfant va développer sa capacité à se contenter de lui-même, à avoir une vie intérieure riche, à devenir un bon compagnon pour lui. Et ça, c’est utile pour la vie entière », souligne la psychologue.